Accueil
BÉATRICE ARNAC EN OFFRANDE


J'ai toujours regardé un peu plus haut qu'il n'est peut-être permis. Seuls m'intéressent les pics, les étoiles, les rêves sublimes et inaccessibles, l'esprit créateur.
J'ai tenté l'excellence avec... humilité : ce n'est pas un paradoxe.
Très tôt, j'ai regardé la terre, le ciel, les animaux ; j'ai ressenti là l'œuvre d'un pouvoir extraordinaire. J'avais tellement envie de comprendre ce mystère que j'interrogeais jusqu'aux pierres en leur demandant : "Qui vous a faites ?" ; Le silence était total. Pourtant, je sentais la réponse dans ma question. Depuis ce jour, je n'ai pu détacher mon esprit et mon cœur du Créateur des galaxies, des atomes, de la nature mère.

J'ai étudié très jeune la danse, l'art dramatique, le chant : il n'y pas une expression artistique où je n'aurais pu, je crois, trouver du bonheur. Dans l'art tout m'attirait. Et par la suite, dans la spiritualité, tout me fascinait, me pénétrait et m'inspirait.
L'art peut vivifier ou détruire. Là réside une de ses missions, sa très haute responsabilité dans l'évolution humaine, que ce soit dans l'expression ou dans l'enseignement. L'art, à mon sens, c'est la foi dans le Beau, le Bon et le Juste, et sa transmission.
Si certains artistes sont là pour rendre compte de leur temps, d'autres ont le devoir d'élever les âmes et les cœurs dans l'harmonie.

Faire prendre conscience, artistiquement et humainement.

C'est ma démarche depuis plus de quarante cinq ans, presque toujours à contre-courant, obstinément, inexorablement et, croyez-le ou non : c'est confortable !

 

 

"Quant à la Terre, elle n'est que le testicule de Dieu."
Marcel ARNAC (83 cm d'aventures)

Marcel ARNAC vient d'entrer en 2015 dans la bibliothèque de la Pléiade en tenant la main de François Villon qu'il avait illustré en 1928 et dont les œuvres complètes viennent d'être ré-éditées.